Skip to content

Festival en Cavale

Festival en Cavale published on No Comments on Festival en Cavale

La pandémie a frappé beaucoup de secteurs, dont le secteur culturel. Certes, on a eu vent des coup d’arrêt du festival de Cannes ou encore du festival d’Avignon, ou bien de LyonBD. Mais il est aussi tout un tas de petits festivals qui sont également durement impactés par les mesures sanitaires prises pour lutter contre l’engorgement des hôpitaux.

Ces petits festivals ne feront jamais ni la une des journaux ni les breaking news des chaînes d’informations continues ni la nouvelle choc du JT. Et leur impossibilité d’exister, elle non plus, ne sera pas une nouvelle reprise et relayée par les médias.

Je ne pourrais tous vous les lister ici. Mais je vais parler de certains que je connais un peu.

Tout d’abord, le festival BD6Né créé et mis en place par une bande de passionnés de l’image, animée ou fixe. Ce festival fait le pont entre le cinéma, l’animation, la BD, le jeu vidéo et toutes formes d’art graphiques favorisant la rencontre entre ces supports. J’ai eu le plaisir de rencontrer Julien Savès et Marion Buannic, deux membres de la petite équipe de bénévoles qui se bat chaque année pour que ce festival ait la chance d’exister. A Échelle humaine, se déroulant en région parisienne, depuis quelques années en partie à la médiathèque Marguerite Duras dans le vingtième, ce festival propose un programme qui s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes avec des programmations jeunesses mais aussi des masterclasses, des rencontres avec des artistes, des projections de documentaires autour de l’animation ou de la BD. Un village BD permet de rencontrer des dessinateurs indépendants, des collectifs et de découvrir des talents peu connus du grand public. L’entrée est gratuite, sauf à certains événements comme les concerts de clôture par exemple. Oui, car la musique a aussi une place via des concerts dessinées dans ce petit festival. Il se déroule normalement au mois de juin et n’aura pas lieu cette année. Mais je vous recommande de vous tenir au courant et de venir y faire un tour pour la prochaine édition.

Un autre festival, ou salon ou convention qui va devoir passer son tour pour 2020 est le salon MP3@Paris. Un salon dédié à la fiction audio. Qu’il s’agisse de séries ou d’unitaires, il existe tout un univers de la fiction audio que j’ai eu l’occasion de découvrir grâce à notre série audio Pamela Target. Sur toute la France, des amateurs éclairés produisent de la fiction audio, dans la lignée du donjon de Naheulbeuk. Parodie, drame, comédie, SF, fantasy, vous y trouverez votre bonheur. Les créateurs sont là, à des tables, le temps d’une journée, et des conférences sont aussi organisées pour l’occasion. L’entrée est gratuite et il faut noter que là encore, Richoult, PhilGoud et toute l’équipe de bénévoles se démènent pour que cette convention puisse avoir lieu chaque année. Vous êtes curieux des fictions audio que l’on n’entendra jamais sur France Culture ? Alors tenez-vous informé de la prochaine édition du MP3@Paris.

Et comme on dit jamais deux sans trois, je voudrais parler d’événements un peu différents des festivals et des salons. Je pense aux événements organisés par les petites structures de la ville, les centres d’animations par exemple. Là encore, ceux-ci sont nombreux et restent dans l’ombre. Là aussi, avec la fermeture due au confinement, c’est le couperet qui tombe. Ces centres créent du liant dans le quartier au travers d’événements solidaires, comme des fêtes, des concerts, des événements, des journées spéciales, des rencontres, des conférences, des projections et que sais-je encore. J’ai eu la chance d’intervenir dans le centre d’animation de Montparnasse. Et dans ce petit lieu caché des yeux parisiens, situé sur la dalle au-dessus de la gare Montparnasse, la vie déborde. Et quand je dis la vie, je ne parle pas des ruches, des phasmes et des poissons présents sur place mais bien de Erick Aubourg et toute l’équipe de ce centre engagé, militant, écologiste et éco-solidaire qui organise des kyrielles d’événements dans la droite ligne de leurs convictions. Tenez-vous au courant sur leur page FaceBook.

Voilà trois parmi des milliers. Car ces anonymes de l’activité culturelle sont nombreux sur tout le pays, et apportent de la vie, font connaître des formes d’art différentes et surtout les rendent accessibles à tous, peut-être uniquement le temps d’un week-end, d’une journée, ou d’une après-midi mais c’est déjà beaucoup. Alors si vous souhaitez découvrir et aller faire un tour là où ça bouge en-dehors des lignes droites du mainstream autour de vous, je vous recommande de chercher des informations sur les petits événements qui se passent dans votre quartier, dans votre ville, bref, autour de vous, loin des JT et grands Journaux.

A bientôt…

Share Button

Poison d’avril

Poison d’avril published on No Comments on Poison d’avril

Ce poison a commencé à se répandre à petite dose depuis bien avant ce mois d’avril. Le Virus du COVID-19 s’est propagé dans le monde, a provoqué de nombreux décès et rendu encore plus de gens malades. La réaction ne s’est pas faite attendre – ou peut-être, si, un petit peu quand même -. Suite aux mesures gouvernementales, nous voilà donc en confinement. Tous également traités de la même manière, mais il s’avère que nous ne sommes pas tous égaux face au confinement. Être cloitré chez soi, ce n’est pas la même chose quand on est seul dans un grand appartement avec terrasse que si l’on est un couple avec trois enfants dans un 43m2 mal agencé. Le télétravail, ce n’est pas la même chose quand votre employeur n’y voit pas d’inconvénient ou quand votre employeur vous rappelle que votre profession ne permet pas le télétravail et que le confinement ne sera pas pour vous. Pensez au personnel d’entretien, aux employés du bâtiment ou à d’autres encore.

Et le dernier point est bien sûr que nous ne sommes pas psychologiquement égaux. Certains se plaisent à rester une semaine chez eux rivés devant un écran, d’autres suffoquent au bout de deux jours. Nos limites psychologiques sont toutes particulières. Et il nous faut prendre conscience de ces effets. Moi, en tant qu’auteur, j’ai énormément de chance. Toutes mes séances de co-écriture peuvent s’effectuer aussi bien à distance qu’en présentiel. Je suis donc passé à distance. Toutes mes interventions en atelier et autres stages que je donnais ne peuvent se faire car les écoles et centres qui m’accueillaient ont fermé leurs portes. Donc, ce problème est réglé. Mais je préfère voir le verre à moitié plein ( et ma chance est aussi le fait de pouvoir y arriver) et me dire que je gagne du temps pour avancer sur mes projets personnels. Sortir une fois par semaine pour les courses, ne plus prendre les transports en commun, travailler en vase clos ne me posent pas de souci majeur. Au contraire, c’est une manière d’avancer en perdant moins de temps. Combien de semaines vais-je tenir ? Je ne sais pas mais comme on dit: “Jusqu’ici, tout va bien…” alors je continue.

Ce virus nous amène dans une situation curieuse que nous n’avions jamais connu précédemment, en tout cas, je parle pour les habitants de notre pays ceux qui n’ont pas connu les guerres mondiales. Une situation de crise majeure. Et dès lors, on repère de manière plus flagrante la dualité de la politique. Dualité qui se ressent dans les décisions de ceux qui nous gouvernent. Prendre des décisions de sécurité sanitaire, et prendre des décisions économiques viables. Il faut sauver les gens (sinon, bon, on a un peu échoué quelque part quand même) et il faut faire tourner l’argent (sinon, le système s’écroule et nous en ferons les frais, paraît-il). Deux mesures qui impliquent parfois des décisions opposées. On ferme les écoles pour raisons sanitaires (limiter la contamination chez les enfants et le personnel scolaire), on les rouvre pour raisons économiques (permettre aux parents de poser leurs enfants quelque part pour retourner travailler). Serait-ce là l’illustration politique du dilemme cornélien ? Quelque soit le choix, il y aura de la casse.

Ce confinement soulève plein de questions, il nous montre comment l’air se dépollue du fait que la circulation de tout types de véhicule diminue, il nous montre l’inutilité pour certaines professions de se cantonner à du présentiel au bureau, il nous montre les pénuries de notre système de santé et il nous montre que nous n’avons pas tant besoin que cela de la société de consommation. Enfin, tout dépend de quelle consommation on parle… Bref, il fait émerger tout un tas de réflexions qui incite les gens à parler d’un “Après” différent. Le monde peut changer. Et pour certains, il est sûr qu’il changera. L'”Après” sera “Autre”.

Mais quand la machine se relancera, que tout le monde retournera travailler, que les voitures pollueront à nouveau, que les magasins rouvriront, appelant à la consommation pour sauver l’économie, que les gens n’auront plus de sujet d’inquiétude, il risque fort d’apparaître que l'”Après” ressemblera énormément à l'”Avant”.

Nous aurons encore eu une prise de conscience que le monde peut être géré différemment, peut évoluer autrement, que nous pouvons changer la donne. Encore une. Mais c’est tout. Rappelons qu’une prise de conscience n’est que le début d’un éventuel changement.

L’alcoolique peut prendre conscience qu’il a un problème avec l’alcool, c’est un énorme pas. Ce n’est pas pour autant qu’il s’arrêtera de boire et que son monde va changer. Nous avons bien conscience que l’argent a pris le pouvoir sur l’humain dans nos systèmes politiques. Ce n’est pas pour cela que nous allons replacer l’humain au cœur du système et changer notre monde.

Oui, le monde doit changer. Oui, nous en avons conscience. Mais non, nous n’agirons pas pour qu’il change. Pourquoi ? Parce que les problèmes de notre monde ne nous impactent pas directement ? On reproche aux gouvernements de n’agir qu’une fois dos au mur, pour ne pas se crasher, mais ne faisons-nous pas pareil quand il s’agit de changer notre monde, ou même notre vie ? Nous nous convainquons qu’il n’est pas assez mal en point pour agir, et surtout que sa chute ne nous impacte pas suffisamment pour que nous nous bougions. Finalement, le monde bascule et moi, je me dis “Jusqu’ici, tout va bien…” et je continue ma vie. Mais quelle action entreprendre à mon niveau pour faire évoluer le système ? Dans l’ignorance de la réponse, je reste immobile.

Finalement, ce poison qui coule en nous n’est pas le virus du COVID-19, c’est peut-être l’immobilisme, la lourdeur mentale qui nous empêche d’agir à bon escient pour changer. Et c’est une maladie grave dont nous souffrons tous, un mal bien plus dangereux que le COVID-19, un fléau dont nous n’avons pas encore pris conscience, nous, les humains. Une plaie qui scellera probablement notre perte un jour, mais bon, comme on dit souvent: “jusqu’ici, tout va bien” alors continuons à vivre ainsi…

Ou pas ?

A bientôt.

Share Button

La vie d’indé, 2éme partie

La vie d’indé, 2éme partie published on No Comments on La vie d’indé, 2éme partie

J’avais commencé à vous évoquer le fonctionnement de la vie d’auteur et les changements qui nous sont tombés dessus fin 2019 dans “La vie d’indé”.

Et bien comme convenu dans ce précédent article, je reviens avec des nouvelles fraîches de mes tentatives de créer un compte à l’URSSAF.

Ce mois-ci, si vous l’aviez raté, il y avait un événement au Ground Control, près de la gare de Lyon dans le douzième arrondissement, organisé par le festival de LyonBD et la Sofia, intitulé sobrement “La BD prend le (Ground) control” se déroulant du 11au 15 mars. Conférences, ateliers, tout un programme pour parler BD et rencontrer des auteurs. Mais quel rapport avec la choucroute administrative ? Et bien, tout simplement, les représentants des institutions qui s’occupaient des auteurs étaient là, dans le désordre, les AGESSA, l’ADAGP, l’IRCEC, l’URSSAF, et j’en oublie ! tous ces noms ne doivent pas vous évoquer grand-chose et je ne vais pas rentrer dans le détail. Le cœur de mon souci, c’était l’URSSAF, et j’ai été content de pouvoir trouver un interlocuteur à qui parler pour savoir comment créer un compte comme auteur-artiste et être déclaré – car oui, je vous le rappelle, on ne peut envoyer de mail à l’URSSAF que lorsqu’on a un compte et le téléphone est un numéro surtaxé -.

Je me pose, j’attends mon tour, et là, je raconte ma tentative d’ouvrir un compte à l’URSSAF en décembre, et je vous la raconte aussi.

tout commence bien : La base, je me rends sur le site et je trouve l’endroit où je peux créer un compte. Je clique, et on me demande mon numéro d’activation. Ah , je n’en ai pas. Pas de panique, je trouve un formulaire pour en demander un. formulaire classique où toutes les mentions sont obligatoires. L’un des mentions demande d’indiquer le numéro de SIRET. Je n’en ai pas. Je suis auteur-artiste, je n’en ai jamais eu besoin. Mais heureusement, le formulaire propose une option “vous n’avez pas de numéro de SIRET”. Je lis. O me demande de me rendre au CFE et de remplir le formulaire approprié à mon cas. on me donne un lien.

Génial ! Je me rends sur le site approprié, et je trouve le formulaire. Ouf ! Tiens, c’est le même que celui de l’URSSAF qui me demande mon numéro de SIRET. Bon…

Je ne me démonte pas, je remplis le formulaire et je mets dans la case “Précisions” que je n’ai pas de numéro de SIRET car je suis auteur artiste depuis longtemps mais que je dois ouvrir un compte URSSAF – bla-bla-bla… Et j’envoie.

Précision, j’envoie par la poste bien sûr, car en 2020, il n’est pas possible de faire ce type de formulaire en ligne. Bref, passons, tout cela était en décembre, comme mentionné pus haut. Mars, je n’avais toujours pas reçu de réponse à mon formulaire incomplet. Maintenant, que faire ? Et je conclus là-dessus devant mon interlocuteur de l’URSSAF. La réponse fut simple.

Il m’explique qu’avant, avec les AGESSA, on n’avait pas forcément besoin de numéro de SIRET, c’était à la cool, en gros. Mais je ne devais pas m’inquiéter, car avec l’URSSAF, tout allait être repris en main et passé au crible. donc, je n’avais qu’à faire une demande de numéro de SIRET en tant que nouvelle activité !

Nouvelle activité, mon métier depuis plus de deux décennies ? Et quid de mes prestations passées ?

“Ne vous inquiétez pas, tout se passera bien.” Donc, il m’a dit de demander un numéro de SIRET et après d’ouvrir un compte à l’URSSAF. Je le remercie et rentre chez moi.

Je lance la demande de numéro de SIRET en remplissant le formulaire, j’envoie et… Nous voilà ce soir.

Suite au prochain numéro – en tout cas, quand j’aurais des nouvelles – de cette saga qui prend doucement la forme d’une trilogie ! :^)

A bientôt…

Share Button

La BD numérique, de Angoulême à l’Internet

La BD numérique, de Angoulême à l’Internet published on No Comments on La BD numérique, de Angoulême à l’Internet

Fin janvier, un long week-end se profile pour tous les fans de BD, il s’agit du rendez-vous incontournable de l’hiver, le FIBD. Comprenez Festival International de la Bande Dessinée qui s’installe à Angoulême. Ce festival est l’occasion de découvrir des BD, de faire la queue pour avoir des dédicaces, comme bon nombre de festivals BD. Mais c’est aussi et surtout la possibilité de découvrir au travers d’expositions, de rencontres, de masterclass, d’ateliers, de découvrir des œuvres, des auteurs, l’histoire de la BD et son avenir.

Je couvre le festival d’Angoulême pour 7BD depuis quelques années. On se retrouve avec d’autres collègues du site, comme Juju Gribouille, Flo ou Yann, pour couvrir des événements, prendre des photos, des notes, réaliser des interviews pour écrire des articles pour notre petit site sur la BD et son univers. De mon côté, j’ai voulu dans mes articles, entre autres sujets, en avant la BD numérique au festival.

Video-mapping nocturne avec des planches volantes sur l’hôtel de ville de Angoulême

A mes yeux, le festival d’Angoulême est fascinant par la quantité d’événements proposés. Il dure du jeudi au dimanche, avec maintenant des visites presse organisée le mercredi. Et bien si vous prenez ces quatre jours uniquement pour couvrir des événements et des expositions, vous ne pouvez tout faire ni tout voir ! c’est vous dire la richesse de ce vieux festival. Et, chose rare, le festival d’Angoulême propose des rencontres et des ateliers autour de la BD numérique. Le seul autre qui avait cette velléité à un moment était le festival LyonBD. Mais Angoulême détient la palme quant aux portes ouvertes sur le numérique.

Bon, j’avoue me sentir vraiment concerné par la BD numérique, en tant qu’auteur des aventures de Zéda ! Mais aussi en tant que membre du BD Lab, où nous sommes réunis avec quelques auteurs d’œuvres numériques, grâce au Laboratoire de l’édition, pour parler de la BD numérique et de son développement, de ses possibilités, de son actualité, et aussi de l’avancée de nos travaux respectifs.

Et cette année, à Angoulême, on a découvert pas mal d’avancées dans le domaine, avec l’application BDnF, lancée parla BnF, qui permet de créer votre propre BD numérique, la présentation d’un manga, Bravery, réalisé avec un outil de création innovant de BD numérique, ou encore la présence de plate-forme de diffusion de BD numérique, comme Mandrillcomics ou encore la toute jeune BayDay qui avait un stand. Si cela vous intéresse, j’ai parlé de tout cela plus en détail dans les articles suivants sur 7BD :

Il se passe énormément de choses. Tout cela avance. Mais ce qui nous manque, nous, auteurs pour le numérique de BD, c’est une plate-forme qui propose de diffuser de la BD numérique à différent formats spécifique de l’écran. Une plate-forme dans la même démarche que BayDay ou Mandrill, qui sont des plate-formes gratuites ouvertes à tous les auteurs, mais qui puisse proposer des formats numériques, comme le Webtoon, le Turbomédia, le Stripop, la BD interactive, avec du son (ou pas), des gifs (ou pas), d’autes tentatives (ou pas), enfin, un vrai palais pour que l’on puisse y trouver des œuvres reliées par leur envie de s’adapter à l’écran de manière spécifique. Un endroit où le lecteur pourrait faire son choix et découvrir des BD numériques de tout poils et de tout types.

Ce palais de la BD innovante serait-il un rêve ? Non, il est à portée de main. Les outils arrivent, comme l’outil de création de Kwalia, qui permettra de faire du Webtoon, du Turbomédia ou du scrolling horizontal, comme le Stripop. Les plate-formes peuvent le faire, Mandrill diffuse des gifs, des webtoons, mais pas de turbomédia. BayDay prévoit de s’ouvrir à la BD “enrichie”(comprenez créé spécifiquement pour le numérique) une fois que tout sera calé pour la diffusion de BD plus classiques.

Il nous faut juste patienter un peu et garder l’œil ouvert. Nous, auteurs, autant que vous, lecteurs. Cela fait des années que l’on nous dit que la BD numérique est à un tournant en France (tournant un peu franchi à l’étranger), mais j’ai l’impression que l’on s’approche du moment où ce tournant va être franchi…

A bientôt.

Share Button

Pamela Target, fin de la saison 2 !

Pamela Target, fin de la saison 2 ! published on No Comments on Pamela Target, fin de la saison 2 !

Hé oui, Pamela Target, la série audio que nous avons lancé avec mes deux co-auteurs et amis, Pascal et Katia, a passé un cap. Nous avons fini la saison 2 en décembre ! Si vous avez raté certains épisodes, ou si vous souhaitez écouter cette deuxième saison dans son intégralité, rendez-vous sur soundcloud :

Mais attention, si la saison deux est bouclée, la série n’est pas encore achevée. Elle finira en apothéose dans une saison trois délirante. Nous travaillons dessus et espérons bien revenir en force pour septembre 2020. Et d’ici là, bien sûr, nous aurons quelque surprises pour vous afin de vous faire patienter.

A bientôt…

Share Button

Climat à la une !

Climat à la une ! published on No Comments on Climat à la une !

Hé oui, Je suis membre de l’Atelier 54, une association de dessinateurs. Et nous produisons un fanzine, voire deux par an. Notre sixième fanzine était sur le climat. Et nous l’avons présenté lors du Salon SoBD de ce mois de décembre 2019.

En effet, les 6, 7 et 8 décembre, nous avons participé au salon SoBD de deux manières. Comme l’année précédente, nous avons monté une exposition de plusieurs des planches des dessinateurs de l’asso. Une exposition qui a pris place au café Les voltigeurs pour le Off du festival. Et nous avons eu un stand dans le salon. Sur ce stand, nous avons pu vendre nos fanzines, dont le petit nouveau sur le thème du Climat, dont voici la couverture :

Ce fut une très belle expérience. Nous avons tourné pour être toujours au moins trois voire quatre sur le stand. Et nous avons proposé à la vente nos fanzines mais aussi des cartes postales crées à partir des dessins de chacun.

Ce fut un week-end riche en rencontres, en dédicaces, en échanges avec du public venu de tout horizon. Des amateurs de BD polonais, des étudiants Chinois, des organisateurs d’événements Français et même un journaliste Coréen ! Comptez en plus de cela des amateurs qui ont acheté nos fanzines ou des cartes. Malgré les grèves qui ont bloqué la France, le salon était bien rempli et nombreux sont ceux venus à vélo, à pied, en métro, en moto, en trottinette pour profiter de ce petit salon.

D’ailleurs, dans cette petite vidéo de 7 minutes réalisée par SoBD, vous pouvez voir à 0’34 certaines des planches exposées dans le off, à 5’55 votre serviteur en train de réaliser une dédicace et à 6’13 notre stand Atelier 54 :

Merci aux organisateurs de nous avoir accepté, merci à l’équipe pour la super gestion du salon sur le week-end, merci au public d’avoir répondu présent en dépit des grèves de transport et merci à tous ceux qui sont venus nous voir. J’espère qu’en décembre prochain, nous pourrons remettre cela avec vous tous !

Alors à bientôt…

Share Button

Que de Bulles à Saint-Malo

Que de Bulles à Saint-Malo published on No Comments on Que de Bulles à Saint-Malo

Hé oui, fin octobre, c’était le Festival Quai des bulles à Saint-Malo. Un festival autour de la BD organisé par les auteurs pour le public ! Et un festival qui appartient maintenant à la catégorie des plus gros festivals de BD de France.

J’ai eu la chance, cette année encore, de pouvoir m’y rendre. Mais non pas avec ma casquette d’auteur mais avec celle de chroniqueur. En effet, depuis plusieurs années, l’écris des articles sur les albums BD, festivals et autres événements autour de la BD pour deux sites : 7BD et A VOIR A LIRE.

Et on (entendez par là les autres chroniqueurs et moi-même) avons la chance d’être envoyé aussi pour couvrir des festivals. Nous assistons aux conférences, visitons les expositions et écrivons en retour des articles sur le sujet. Mais cette année cette chance a été double. En effet, A VOIR A LIRE est partenaire du festival Quai des Bulles. Et du coup, le festival qui proposait des rencontres avec différents auteurs dans les cafés de la vieille ville avait besoin de présentateurs pour animer ces rencontres et ils ont donc fait appel à leur partenaire. C’est comme cela que j’ai eu la chance, en plus de pouvoir couvrir le festival, d’animer deux rencontres. L’une avec Riff Reb’s, qui avait une exposition consacrée à l’ensemble de son œuvre (dont ses magnifiques Marines) et l’autre avec Davy Mourier et Stan Silas, pour leur BD Chatons VS. Dinosaures !

Beaucoup d’angoisse dans la préparation et pendant l’heure de chaque rencontre, la peur de dire des bêtises (ce qui n’a pas manqué avec Riff Reb’s, qui a eu la gentillesse de ne pas m’en vouloir), et la crainte de ne pas réussir à amener le public à échanger. Car le but de ses rencontres en villes est de créer du liant entre auteur et festivalier. En effet, mon rôle était d’animer mais aussi le plus possible de créer l’interaction avec les gens afin qu’ils se sentent à l’aise et posent des questions aux auteurs.

J’ai eu la chance, après un démarrage un peu anxieux pour moi, d’avoir assisté à un moment de grâce avec Riff Reb’s. Beaucoup d’éléments imprévus ont joué. Nous étions en terrasse d’un café, donc au même niveau que le public, la terrasse était petite, donc les passants pouvaient voir qu’un événement avait lieu et s’arrêter. La pluie a poussé les gens à se serrer encore plus sous l’auvent. Et Riff a été d’une disponibilité et d’un dynamisme incroyable. Le lien s’est créé naturellement et les gens ont pu timidement posé leur première question avant de se lâcher et d’entrer dans un vrai échange avec Riff sur son parcours, ses techniques, ses inspirations…

La deuxième rencontre avec Stan Silas et Davy Mourier s’est bien passé. Le lieu, le café de l’Univers, était moins propice à la proximité. En effet, la rencontre se déroulait certes en terrasse, mais sur une estrade, nous élevant par rapport au public et du coup, nous en éloignant. La terrasse était profonde et donc le micro nécessaire pour être entendu du fond. Mais heureusement, par leur chaleur, leur complicité et leur humour débridé, Davy Mourier et Stan Silas ont recréé la proximité perdue et le public a fini par enter dans le jeu et poser nombre de questions.

Je suis certes auteur mais aussi grand amateur de BD. Ces rencontres ont donc été aussi l’occasion pour moi de croiser (ou recroiser car j’avais déjà interviewé Davy Mourier pour 7BD) et de découvrir des auteurs, dans leur techniques de travail, d’écriture et de dessin, dans leur référence et leur manière de voir le monde. Ce fut donc un double exercice stressant mais passionnant.

Du coup, entre ces deux rencontres, j’ai pu me détendre en allant faire le tour des expositions, et découvrir des auteurs que je ne connaissais pas voir en apprendre plus sur certains que je connaissais déjà.

C’est dans ces moments-là que l’on se rend compte que la richesse d’un festival, ce sont aussi les événements organisés autour des stands et des dédicaces. Ceux qui vous permettent de découvrir des œuvres, au cours d’expositions ou de conférences, et surtout les créateurs, les auteurs, derrière ces œuvres, dans des masterclass ou des rencontres à échelle humaine comme propose Quai des Bulles.

A bientôt…

PS : En souvenir de ce festival, je me suis fendu d’une petite chronique dessinée A VOIR A LIRE que je vous laisse découvrir.

Share Button

La vie d’indé

La vie d’indé published on No Comments on La vie d’indé

Être Auteur, souvent, c’est être indépendant. Indépendant au sens de free-lance. Vous proposez vos services ou on vous les demande pour des missions plus ou moins longues, et vous rédigez un devis en début de mission, vous travaillez (enfin, si le devis est accepté) et vous envoyez une facture en fin de mission.

Si c’était aussi simple, ce serait déjà bien. Mais après cette étape-là, il y a la déclaration administrative. Nous autres auteurs relevons du statut d’auteur-artiste. Un peu les auto-entrepreneurs avant l’heure de l’artistique. On est peut-être libérés mais on n’est pas libéral pour autant. Bref, en tant qu’auteur-artiste, ce sont les AGESSA qui gèrent nos déclarations. Sur chaque montant reçu, on paye des charges, pour financer notre sécurité sociale, notre formation, notre retraite – sic -, et d’autres éléments. En pus, si on a besoin de conseils ou d’informations, on se tourne aussi vers les AGESSA. C’est cool, non ?

Et bien, tout cela va changer. Les AGESSA cède la gestion financière de nos charges à l’URSSAF. Arg. Et du coup, avant la fin de l’année, nous autres, auteurs et toutes professions dépendant des AGESSA et de la MAISON DES ARTISTES d’ailleurs, devront s’ouvrir un compte à l’URSSAF.

Et là, c’est beaucoup moins cool. J’ai essayé d’ouvrir un compte à l’URSAFF, histoire de prendre un peu d’avance. Mais on m’a expliqué que ce ne serait pas possible avant décembre. Soit. Je patiente donc en sachant que tout cela va se révéler compliqué.

Je parle de cela pour soulever la question, qu’est-ce qui a motivé ce changement de fonctionnement ? Le besoin de tout réunir au même endroit ? de rationaliser ? Mais cela change peu car les AGESSA/MDA (MAISON DES ARTISTES car ils ont fusionné ensemble entre temps) continue leur mission d’information et de conseils. Ce que l’URSAFF ne fera donc pas ? Car cela ferait doublon ? On aura donc des réponses du style “Pour savoir comment gérer votre compte URSAFF, adressez-vous aux AGESSA”. Quand on voit que pour contacter l’URSAFF par mail, il faut avoir créé un compte (ce qui est impossible pour l’instant), et que les contacts téléphoniques se font à l’aide d’un numéro payant, vous comprendrez mon inquiétude de savoir à quelle sauce je serais mangé. Inquiétude partagée par tous ceux qui sont dans la même situation.

Alors oui, auteur c’est être un indépendant, mais au final, on ne se retrouve pas si indépendant que cela. Condamnés, pour exister administrativement, à subir la machine URSAFF et ses rouages pas encore bien huilés (mais le seront-ils jamais ?), voilà où se limite notre indépendance d’artiste-auteur…

Si cela se révèle intéressant, ou tout du moins drôle, je reviendrais peut-être vous parler de cette transition en cours.

A bientôt…

Share Button

Septembre est la nuit

Septembre est la nuit published on No Comments on Septembre est la nuit

Oui, j’aime bien les jeux de mots, les références, les analogies et les homophonies. Bref, tout ce qui tourne autour des jeux de mots. Le titre de cet article en est un exemple. Et ce n’est pas le plus compliqué que j’ai écrit. Là, la solution est assez simple (enfin, pour moi). “Septembre est la nuit” dérive de “Tendre est la nuit”. Et “Tendre est la nuit” est un roman de Francis Scott Fitzgerald. Bien sûr, “Septembre est la nuit” ne signifie pas forcément grand-chose en soi, mais j’aime beaucoup comment ça sonne. Et aussi ce que cela évoque. La nuit un peu mélancolique de septembre, qui n’est pas encore une nuit d’automne mais une nuit d’été finissant. L’idée que Septembre, c’est le début de la nuit, la longue nuit de l’automne (non, pas celle de l’hiver de Game of Throne :^).

C’est sans doute pour cela que j’apprécie beaucoup le Haïku. voire la poésie Japonaise en général, mais plutôt l’ancienne poésie. pour expliquer un peu tout cela, le Haïku est un poème en trois vers composé de 17 syllabes, enfin, plutôt de 17 sons, les sonorités japonaises ne se découpant pas forcément comme les syllabes occidentales. D’ailleurs, par chez nous, on a tendance à découper selon trois vers de 5, 7 et 5 syllabes. Mais bref, la méthodologie des Haïkus, je n’entrerai pas dedans afin de ne pas effaroucher les puristes du genre. Pour moi, c’est un court poème Japonais qui dégage une impression, une ambiance, une émotion, une image, une saison. Bref…

Mais en se penchant dessus, le Haïku, ce n’est pas que cela. Il y a énormément de jeu de mots, d’homophonies, et surtout, en Japonais, les mots pouvant se lire de plusieurs manières différentes, un vers peut prendre plusieurs sens différents. Rajoutez à cela des références à toute la culture classique littéraire du Japon et l’inclusion de symboles qui évoquent saison, mois, jour, année, fêtes calendaires… Vous imaginez le niveau de complexité de compréhension que peut atteindre un si simple poème en apparence.

Finalement, le plaisir d’un Haïku repose autant dans sa lecture que dans la découverte de ses sens cachés ou apparents. L’évocation de limage qui vous frappe (ou pas) et toutes celles qu’on ne voit pas forcément. Le sens vient après, ce n’est pas une priorité. L’important, c’est l’évocation. Et ça, ça marche ou ça marche pas selon les gens, leur culture, leur humeur au moment de la lecture, etc…

Bon, je ne me suis pas mis au Haïkus (mais qui sait…), mais j’aime bien appliquer cette idée pour mes titres. Que ce soit mes titres de BD, comme ceux de tous mes strips et histoires de Zéda, ou des projets d’animation ou d’autres projets persos. Je ne cherche pas forcément à ce qu’un titre reflète l’histoire qu’il va raconter mais à ce qu’il sonne bien à mes oreilles et qu’il ait un lien plus ou moins lointain avec l’histoire. J’aime l’idée que le titre joue, comme le Haïku, avec des sonorités, des références, des jeux de mots ou tout ensemble. L’important n’est pas que les gens comprennent les différentes couches du titre que j’écris, mais que cela leur évoque quelque chose, même lointain, un fil ténu.

Ce n’est pas forcément une vision commune de la création et de la fonction d’un titre, aussi, dans le cas de commande ou de co-écriture, je m’adapte aux attentes pour que tout le monde y trouve son compte.

De mes titres personnels, je pourrais vous donner quelques exemples :

La Guerre de Khâtre n’aura pas lieu

Passage à l’Est

La Nuit du Hamster

Le Bout de l’ange rit

ou encore “Le conte de Saint-Germain

Bon, je ne vais pas vous faire toute la liste, ça prendrait un peu de temps. Mais avec les liens vous pourrez vous faire une idée de ce qu’il y a derrière tous ces titres mystérieux et, j’espère, évocateurs pour vous. Et peut-être vous donneront-ils l’envie de creuser pour les cerner un peu mieux.

A bientôt…

Share Button

Pam, Pam, Pamela Target… Série Gagnante 2019

Pam, Pam, Pamela Target… Série Gagnante 2019 published on No Comments on Pam, Pam, Pamela Target… Série Gagnante 2019

Pamela Target, la série de fiction audio sur laquelle je travaille comme co-auteur avec Katia Grivot et Pascal Senicourt, accessible gratuitement sur le site PamelaTarget , vient de remporter coup sur coup six prix à la cérémonie des potards, qui récompensent les fiction audio de qualité. Six récompenses donc, à savoir :

  • Meilleur humour,
  • Meilleure actrice,
  • Meilleur montage,
  • Meilleur sounddesign,
  • Meilleure série,
  • Meilleur scénario

Autant vous dire que pour nous trois, c’est une super bonne nouvelle. Alors grand merci à tous ceux qui nous ont soutenu depuis le début, et même à ceux qui nous soutiennent depuis peu !

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Pamela Target a remporté le PodcastAward 2019 dans la catégorie Fiction !

Voilà de bonnes raisons d’aller écouter notre série qui est actuellement en pleine saison deux ! Mais de quoi ça parle ? Pamela Target est une dystopie barrée et funky, bourrée de références ciné, série TV, BD et jeux vidéos. Des animaux vivent dans une arche paradisiaque jusqu’à ce qu’un lapin péteur psychopathe et un bousier amnésique viennent semer le chaos. Heureusement, nos animaux vont se découvrir des super-pouvoirs et tenter de réaliser l’impossible ! Pourront-ils sauver l’arche ?

Attention c’est une série et donc ça s’écoute dans la chronologie !!!

Et si ça vous a plu, n’hésitez pas à aller découvrir d’autres séries audio sur le forum du Netophonix qui présente et recense dans l’échange et la bonne humeur toutes les séries audio – ou presque – !

Merci encore, et bonne écoute.

A bientôt…

Share Button